Pour une meilleure prise en charge de la population de Batna

Pour une meilleure prise en charge de la population de Batna

Au moment de l’établissement de ce bilan, une malade vient de déposer plainte pour viol alors qu’elle était hospitalisée dans un établissement de la ville. Une façon de dire que la moralisation de la profession est un autre investissement à ne pas négliger.

À l’occasion de la Journée mondiale de la santé, Batna a fait le bilan de sa santé. Sans dire qu’elle est malade, on peut avancer qu’elle n’est pas dans toute sa forme.
Pour une population de
1 139 877 habitants, le nombre total des lits publics et privés est de 2 748 lits, soit un lit pour
415 habitants. Le secteur de la santé publique, en structures hospitalières, dispose d’un  centre hospitalo-universitaire, de 9 établissements publics hospitaliers et de
2 établissements hospitaliers spécialisés, avec une capacité totale de 2 375 lits. À cela s’ajoutent 10 établissements publics de santé de proximité, dont les activités principales sont la prévention et les soins de base, et 47 structures extrahospitalières d’une capacité de 134 lits, sans compter les structures privées qui se chiffrent à 10 cliniques d’une capacité de 239 lits, 2 centres d’hémodialyse, 5 laboratoires d’analyses, 12 cabinets de radiologie,
20 salles de soins et 6 unités de transport médical. Notons aussi que le secteur public dispose de
47 polycliniques, soit une pour
24 253 habitants et de 215 salles de soins, soit une pour 5 302 habitants.
En matière de couvertures médicale et paramédicale, on compte
1 074 médecins, soit
1 médecin pour 1 061 habitants et 3 352 paramédicaux, soit 1 pour 340 habitants. Malgré tous ces chiffres, la population locale manifeste son impatience face à l’incapacité du système de santé à assurer une couverture répondant aux nouveaux besoins, ainsi qu’au fait que leurs prestations ne correspondent pas à leurs attentes.
Certaines populations, essentiellement rurales, sont désavantagées et restent de plus en plus à la traîne. La wilaya de Batna devrait s’attaquer aux inégalités dans la couverture sanitaire et procéder à la mise en œuvre de mesures efficaces et équitables pour faire face aux problèmes des maladies chroniques dont les effets commencent à alourdir la charge sur le budget de la santé.
Au moment de l’établissement de ce bilan, une malade vient de déposer plainte pour viol alors qu’elle était hospitalisée dans un établissement de la ville.
Une façon de dire que la moralisation de la profession est un autre investissement à ne pas négliger.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *